Prévu pour entrer en fonctionnement mi-2013, le site texan de calcul à hautes performances sera une plate-forme mondiale de traitement d’énormes quantités de données sismiques et géologiques.

 

La compagnie pétrolière britannique BP est en train de mettre au point un superordinateur avec une seule mission à l’esprit: trouver davantage de pétrole et de gaz.

La construction a commencé sur un site de 10.200 mètres carrés qui hébergera ce que BP appelle le « plus grand complexe de calcul intensif pour la recherche commerciale au monde », un projet sur lequel la compagnie pétrolière compte pour rester à la pointe de la technologie d’imagerie sismique.

Le site devrait ouvrir mi-2013 sur le Westlake Campus de BP à Houston (Texas), a fait savoir BP dans un communiqué. Alors que le site est aux États-Unis, sa portée est résolument mondiale. Le superordinateur servira de plate-forme mondiale pour traiter et gérer les énormes quantités de données sismiques et géologiques et permettre aux scientifiques de produire des images nettes des structures rocheuses profondément enfouies dans le sol.

BP a déjà un superordinateur existant qu’il utilise pour son exploration des ressources pétrolières. Toutefois, ces besoins en calcul intensif ont augmenté (ils ont été multipliés par 10.000 depuis 1999) à mesure que le pétrole est devenu de plus en plus difficile d’accès.

Les grandes compagnies pétrolières internationales telles que BP, Total, Shell et Exxon sont confrontées à un choix difficile: travailler dans des endroits complexes sur le plan technologique tels que les eaux profondes du golfe du Mexique ou au large du Brésil, dans des régions coûteuses susceptibles de présenter des complications environnementales futures, telles que le Canada et ses sables bitumeux, ou bien dans des régions politiquement instables qui recourent généralement à des mesures protectionnistes.

Les scientifiques de BP ont désormais la puissance de calcul nécessaire pour réaliser un projet d’imagerie en une seule journée, contre quatre ans avec la technologie qui était utilisée il y a une décennie, explique l’entreprise. Une innovation telle que celle-ci est importante pour BP, qui testera 15 nouvelles zones pétrolières et gazières à travers le monde entre 2012 et 2015. Environ 35 des puits d’exploration de BP cibleront des gisements potentiels, présentant chacun l’équivalent de plus d’un quart de milliard de barils de pétrole de ressources potentielles.

Voici quelques caractéristiques du site de calcul à hautes performances:

- Hébergement dans un bâtiment de trois étages sur 10.200 mètres carrés.

- Plus de 67.000 processeurs.

- Traitement estimé des données à une cadence pouvant atteindre deux pétaflops d’ici la fin de l’année, soit 2 millions de milliards de calculs par seconde.

- Mémoire totale de 536 téraoctets et espace disque de 23,5 pétaoctets, soit l’équivalent de 147.000 iPod d’Apple dotés d’une mémoire de 160 Go.

 

Photo: Nasa via Wikipédia

 

Source: smartplanet.fr