Une intervention pour la paix sur fond de forte odeur de pétrole et de gaz

Mali,Pétrole,

 

Lorsque la grande majorité de la classe politique et la plus grande partie des médias reprennent en coeur la même litanie, dans un consensus quasi général, il y a fort à parier qu'il y a anguille sous roche. Notre pays, soit-disant au bord du gouffre financier, qui ne peut lutter efficacement contre la pauvreté, qui ne peut agir contre la faim, et les sans-abris, trouve pourtant, on ne sait par quel miracle, des milliards pour aller faire la guerre.

La France, part donc officiellement pour repousser les combattants islamistes qui contrôlent le nord du Mali, cela même que nous soutenons en Libye, assurer la sécurité de la population malienne et celle des 6.000 ressortissants français présents dans le pays. Et aussi,très certainement, car le pays intéresse fortement les majors pétrolières telles que Total, pour les immenses ressources énergétiques du bassin Taoudeni,  situées à cheval  sur les  territoires  du Mali, mais également de la Mauritanie, du Niger et de l’Algérie. Il y a également d'immenses réserves  de gaz  situées à proximité de la capitale Bamako et des mines d’or qui pourraient attirer les convoitises. Sans parler  du coltan, matière première fort recherchée rentrant dans la fabrication des téléphones portables.
Dans un article intitulé «Notre ami du Qatar finance les islamistes du Mali», le Canard Enchaîné nous révèle l’activisme diplomatique du Qatar en faveur des islamistes et son implication dans le financement des mouvements armés. Tout ceci car le Qatar aurait «des visées» sur les richesses des sous-sols du Sahel, évoquant «des négociations discrètes» qui auraient d’ores et déjà débutées avec Total. D'ailleurs en janvier dernier, alors que la région du Sahel était soumise à des troubles de plus en plus violents, Total avait annoncé avoir signé deux permis d’exploration avec les autorités mauritaniennes dans le très prometteur bassin de Taoudéni. Etrangement, la carte d’implantation d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique) au Sahel correspond à tout point à celle du  bassin de Taoudeni. Les richesses minières contenues dans  cette zone provoquent en effet un vif intérêt pour cette région. Et l’insécurité dans cette partie du pays limite quelque peu les ardeurs des investisseurs, ainsi que les coûts d’acheminement du matériel, lesquels devraient grimper compte-tenu de la situation actuelle.

On se croirait presque dans un remake du scénario déjà vécu en Afghanistan. L’armée française part donc pour repousser les groupes islamistes … et défendre les intérêts de Total.

Dessin et texte d'Olivier Ganan

 

Source: http://soyons-serieux.fr/mali-la-malediction-du-petrole/