Lou et Kim Goddard du collectif Lot en transition. ()

Vendredi soir, la salle de cinéma l'Atalante de Gourdon était bien remplie pour assister à la projection du film «Transition au pays, aventure lotoise» dans le cadre du festival : «la vie rurale c'est pas de la science-fiction». Le film retrace 32 initiatives du pays lotois pour préparer un avenir et des solutions face à l'épuisement des ressources pétrolières.

Pendant 50 minutes, le collectif bénévole Lot en transition a fait découvrir tous ceux qui s'organisent pour créer du lien, aménager des circuits courts, lutter pour une meilleure qualité de vie. «L'idée était de mettre en avant tout ce qui se passe dans le Lot, explique Kim Goddard, membre du collectif. J'ai eu envie de montrer les solutions de personnes qui cherchent à réagir face aux problèmes actuels. Tout semble possible, positif. Le but était de faire le lien entre toutes ces personnes.»

De nombreuses questions agitent le monde rural : désertification des villages, dépendance à la voiture, chômage, difficulté de l'accès à la terre… Le film a donc fait découvrir : l'AMAP de Gourdon, l'achat collectif de la ferme de la Borie Haute au Vigan, les Jardins bourians de Dégagnac, l'éco-hameau D'Andral du Vigan, l'association Tous ensemble pour les gares, des jardins partagés, du covoiturage, des boutiques associatives…

«Notre collectif a duré un an, juste le temps de réaliser ce film et montrer toutes les initiatives du Lot, rappelle Lou, une autre bénévole. J'ai rencontré des gens qui avaient envie de faire bouger leur village, leur territoire. Il commence a y avoir une réflexion pertinente sur comment considérer le monde de demain et comment maîtriser ce qui nous entoure.»

Dans la deuxième partie de soirée, les associations présentes dans la salle ont décliné leur projet pour préparer la transition, c'est-à-dire inciter les citoyens à prendre conscience du pic pétrolier et de ses conséquences ainsi que de l'urgence à s'y préparer en mettant en place des solutions. Vaste sujet, mais qui mobilise.

 

Source: ladepeche.fr