Comme le résume l'Agence internationale de l'énergie, «le charbon c'est la Chine. La Chine c'est le charbon.» A lui seul, le géant asiatique, qui inaugure les centrales électriques à charbon à tour de bras, a représenté l'an dernier 46,2 % de la consommation mondiale.

Comme le résume l'Agence internationale de l'énergie, «le charbon c'est la Chine. La Chine c'est le charbon.» A lui seul, le géant asiatique, qui inaugure les centrales électriques à charbon à tour de bras, a représenté l'an dernier 46,2 % de la consommation mondiale

 

Le charbon polluant et ses «gueules noires», roi du XXIe siècle ? Tiré par l'immense appétit de la Chine, «King Coal» devrait d'ici 5 à 10 ans détrôner le comme première source d'énergie mondiale, a averti mardi l'Agence internationale de l'Energie (AIE). La percée du combustible sonne comme un avertissement au moment où les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique passent au second plan.

«Grâce à des ressources abondantes et une demande insatiable d'électricité des marchés émergents, le charbon a représenté près de la moitié de l'augmentation de la demande mondiale d'énergie» entre 2000 et 2010, souligne l'AIE. En 2017, la de charbon devrait représenter 4,32 milliards de tonnes équivalent pétrole, tout près des 4,4 milliards de l'or noir. Aujourd'hui, le charbon représente déjà près de 28% de l'énergie consommée dans le monde et constitue la première source d'électricité, selon l'AIE.

«Si aucun changement n'est fait aux actuelles, le charbon rattrapera le pétrole d'ici une décennie», prévient la patronne de l'organisation basée à Paris, Maria van der Hoeven. Comme le résume l'AIE, «le charbon c'est la Chine. La Chine c'est le charbon». A lui seul, le géant asiatique, qui inaugure les centrales électriques à charbon à tour de bras, a représenté l'an dernier 46,2 % de la consommation mondiale. Dès 2014, la Chine consommera davantage de charbon que tous les autres pays réunis.

Les gaz de schiste comme solution ?

La tendance est globale : l'AIE s'attend «à ce que la demande de charbon augmente dans toutes les régions du monde», à l'exception notable des Etats-Unis. L'Inde devrait ainsi ravir la place de deuxième consommateur mondial aux Américains d'ici 2017.

Outre-Atlantique, le boom des gaz de schiste (eux-mêmes controversés pour leurs risques environnementaux pour les sous-sols) a entraîné une chute des prix du gaz qui a rendu le charbon beaucoup moins intéressant. En l'absence d'un prix élevé du carbone qui pénaliserait les énergies polluantes, «seule une concurrence féroce d'un gaz à bas prix permet effectivement de réduire la demande de charbon», fait valoir l'AIE.

Même dans le Vieux Continent, où les objectifs environnementaux semblent plus ambitieux, certains pays se tournent davantage vers le charbon. Lors du premier semestre 2011, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne ont tous les trois produit significativement moins d'électricité à partir de gaz (moins générateur de gaz à effet de serre), et notablement plus à partir du charbon, souligne l'AIE.

LeParisien.fr