Lorsque l’on parle des quantités d’hydrocarbures, il faut commencer par distinguer les ressources des réserves. Les ressources sont les volumes d’hydrocarbures que l’on estime être dans le sous-sol et ils sont bien supérieurs à ceux qui seront réellement extraits, puisque tous ne seront pas techniquement ou économiquement exploitables. 

 

Les ressources que l’on peut récupérer techniquement et de façon rentable sont appelées réserves et plusieurs étapes se succèdent pour les estimer : étude géologique (description du gisement), étude technique (quantité extractible), étude économique (rentabilité) et choix de communication (quantités à déclarer pour des raisons politiques ou stratégiques). Ces étapes permettent d’établir une estimation probabiliste des réserves, c'est-à-dire une classification en fonction de leur probabilité d’existence.  

 

On peut donc distinguer les réserves prouvées ou P90 (probabilité supérieure à 90 % d’être extraites), les réserves probables ou P50(probabilité supérieure à 50 %) et les réserves possibles ou P10 (probabilité supérieure à 10 %). La somme des réserves et du pétrole qui a déjà été consommé constitue les réserves ultimes, c'est-à-dire le volume total de pétrole qui aura été extrait par l’Homme, de la première à la dernière goutte. 

Lire la suite sur le site de Benoit Thévard